Butternut et coco en soupe... et mise en conserve

  
Butternut géantes: 4,6 kg et 3 kg !!
 






Cette soupe dégage un fumet qui invite à se mettre à table!

Quand le jardin se montre généreux, il faut passer par la case conservation! Vu les pénuries d'électricité et son coût élevé qui se profilent, rien ne vaut la stérilisation en bocaux, plutôt que de remplir le congélateur.

Mais d'abord, préparons une bonne soupe épaisse et goûteuse avec cette courge butternut de 4,6 kg! Rien de compliqué pour la recette, il n'y a pas plus simple qu'une soupe. En revanche, armons-nous de patience pour débiter en cubes cette grosse courge.

 


Vu la quantité de courge, il me fallait ma plus grande casserole: 10 litres. De quoi remplir pas mal de bocaux. 

Les soupes les meilleures sont celles avec le plus de légumes possible et peu d'eau. Il faut tenir compte de la teneur en eau des légumes, bien entendu. La courge en contient beaucoup. Je vais donc épaissir avec un petit potimarron, qui se cuit avec sa belle peau orange. Mais pas son coeur: visez le couteau à dents que j'ai utilisé pour le vider... c'est un couteau à pamplemousse, recourbé, une relique d'il y a 40 ans environ. Et toujours utile!

Comme c'est de saison, j'ai ajouté un paquet de chataîgnes congelées. Et pour affiner, du lait de coco! Tout cela donne un bon petit fumet et tient bien au ventre. 

D'ailleurs, je prédis que l'option soupe va revenir en force cet hiver dans les ménages car c'est un repas économique qui nourrit bien son monde avec peu d'ingrédients. Idéal pour utiliser des légumes un peu fatigués ou du pain rassis. C'est l'anti-gaspi par excellence!

Allez, à la recette...

 Recette de la soupe à la butternut et coco

Pour une casserole de 10 l, il vous faut :

  • de l'huile de coco (2-3 cs ou plus)
  • de la courge butternut, pelée, évidée et débitée en gros cubes (4 kg environ)
  • du potimarron vidé, débité en gros cubes (1 moyen)
  • 4 gros oignons rouges émincés ou plus
  • 5-6 gousses d'ail ou plus
  • 2 tronçons de gingembre d'env. 3-4 cm, coupés en petits dés, ou plus
  • de la noix de muscade
  • sel (la règle: 1 cc rase par litre de soupe obtenu avec légumes et eau) et/ou bouillon de légumes
  • poivre
  • 2-3 piments séchés forts (ou plus selon les goûts)
  • 1 litre de lait de coco
  • presque 3 litres d'eau

C'est volontairement que je ne mets pas de quantités. Il vaut mieux y aller avec son instinct. Il y a quand même deux règles à observer: couvrir à peine les légumes avec de l'eau pour la cuisson et saler assez. 1 cc rase par litre de soupe, cela semble beaucoup, alors il vaut mieux y aller progressivement, goûter et ajuster. Mais c'est bien ce qu'il faut. 

Le potimarron rejoint la courge à la sauna!

Les chataîgnes congelées et la muscade rejoignent le grand bain!

Mijotage tranquille...

Après le mixage...

Au début, je fais revenir oignons, ail et gingembre dans l'huile de coco. 

J'ajoute les dés de légumes, les chataîgnes, les épices, puis j'ajoute l'eau pour juste couvrir. Je sale en fonction du volume total obtenu. La cuisson est assez rapide: environ 20-25 minutes. Quand un couteau s'enfonce dans un cube de potimarron comme dans du beurre, c'est cuit. Je mise au mixer plongeur, c'est prêt.

On passe à table, on se régale à deux, et après le souper, c'est l'heure de la mise en bocaux. 

Merci Nicolas!

Une telle quantité de soupe ne refroidit pas totalement le temps du repas, c'est tant mieux. Il faut mettre en bocal quand la soupe est encore bien chaude, mais pas bouillante non plus. En effet, le processus de stérilisation va faire monter la température dans les bocaux et le contenu va prendre du volume. Cela chasse l'air (on voit les petites bulles sortir au début de la stérilisation). Lors du refroidissement, si la conserve est bien hermétique, le contenu se rétracte en refroidissant et opère une fermeture solide par vide d'air. C'est le processus d'appertisation, du nom de son découvreur Nicolas Appert.

J'utilise les bocaux de la marque Weck, une marque allemande, que j'ai découvert dans le magasin agricole de mon village il y a une vingtaine d'années. Ils sont très jolis. On les vois maintenant partout mais quand j'ai commencé à faire des bocaux, ce n'était pas évident d'en trouver. Les joints sont assez fins, ce qui oblige à en changer à chaque fois car ils se déforment après un seul usage. Et réutiliser un joint trop lâche, c'est l'échec assuré! L'ouverture d'un bocal avec ce joint fin est plus aisé qu'avec un joint épais.

L'avantage du système Weck, en plus d'être hyper esthétique, c'est les clips de fixation. Une fois les bocaux refroidis, il faut les enlever pour le stockage à la cave. Sans clips métalliques, on sait immédiatement si la stérilisation a réussi: la languette du joint pointe vers le bas et en soulevant le couvercle, il tient au bocal (attention: n'essayer qu'après complet refroidissement!). S'il y a eu un problème, le couvercle s'ouvre tout seul. C'est une garantie ! 

Si vous utilisez des bocaux de type Le Parfait (à joint épais et étrier métallique inamovible), il faut impérativement ouvrir l'étrier pour le stockage. A nouveau, c'est une garantie que la conserve est bien stérile et consommable.

Les grandes étapes de l'appertisation:

  1. Stériliser les bocaux. Moi je les "cuis" à la vapeur durant 15 minutes. Pour les joints et les couvercles, je les fais bouillir dans de l'eau avec un peu de vinaigre blanc.
  2. Remplir à chaud. Bien nettoyer le bord du bocal avant d'y poser le couvercle muni de son joint. Fixer 2 à 3 clips métallique sur le bord.
  3. Remplir une bassine à stériliser avec les bocaux et recouvrir d'eau jusqu'au dernier.
  4. Se fier au temps indiqué pour la stérilisation de la recette. Pour une soupe de légumes: à 100 degrés durant 1 heure.
  5. Laisser refroidir dans l'eau.
  6. Sortir les bocaux, et si c'est bien froid, enlever les clips métalliques. Etiquetter et stocker à la cave, au frais et à l'abri de la lumière.

C'est simple comme un jeu d'enfant, non?

Et après refroidissement, utilisez l'eau de la bassine pour arroser au jardin ou sur le balcon !

Allez, le tout en images maintenant...

Weck fait un entonnoir spécial qui recouvre les bords du bocal. Ils restent propres!

Les couvercles et les joints, stérilisés

Dans la bassine à stériliser, avec thermostat et minuteur

Tout juste sortis du bain. La languette pointe vers le bas, le processus a réussi !

Ma petite production !

Déclipsés et avec description du contenu au stylo à verre

Bon appétit ! Et bonnes soupes cet hiver !



Commentaires

  1. Anonyme07:26

    Bravo, et merci pour tous ces détails importants et intéressants. Vos recettes ont l'air délicieuses et je vais les essayer sans tarder. Félicia

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Votre avis...

Posts les plus consultés de ce blog

Panisses grillées: vive la farine de pois chiches! {C}

En 10 minutes chrono, un dessert italien léger et gourmand... à deviner!

Pain super facile à IG ridicule (et sans gluten)