Zéro Déchet

Zéro Déchet
Ambassadrice

samedi 18 juillet 2015

Du déo maison? Efficace et zéro déchets!

Pour changer de ce qui se mange ou se boit, par ces chaudes journées d'été et de canicule, je vous livre mon expérience liée à la recette du fameux déo fait maison à base de bicarbonate de soude et de coco.


Mais attention, c'est une recette éprouvée sur plus de six mois maintenant, par tous les temps et toutes sortes d'activités, y compris le sport!

Après avoir lu tant et tant de mauvaises nouvelles sur la composition des déodorants ou anti-perspirants pleins de sels d'aluminium, j'ai longtemps cherché une alternative. J'ai essayé quasiment tous les déos bio du marché: aucun ne tient la distance, en ce qui me concerne!

Pour minimiser le mal que je me faisait chaque jour, j'ai commencé par choisir un déo de la marche N**éa, sans sels d'aluminium. Le fait marquant est qu'il ne s'agit pas d'un anti-perspirant, mais d'un déodorant. Il a d'abord fallu que je m'habitue à cette sensation d'humidité sous les aisselles, chose pas facile en soi. Bon, le plus important pour moi, c'est les odeurs: l'humidité, passe encore, mais si ça sent mauvais après une demi-journée, c'est sans moi, je passe mon chemin.

Toujours pas satisfaite à 100% par ce déodorant quand même très chimique, j'ai cherché, cherché longtemps une recette de déo fait maison ET efficace. J'en ai essayé quelques unes et j'ai vite jeté l'éponge (ou plutôt, je l'ai reprise plus souvent pour me laver! car c'était pas franchement ça, si vous voyez ce que je veux dire...).

Jusqu'à ce que je tombe un peu par hasard sur plusieurs blogs d'affilée, d'Américaines, qui vantent les mérites du déo à base de bicarbonate de soude. Très très simple à faire, il faut seulement 3 ingrédients. Et si on aime, des huiles essentielles bien choisies. Et je vous jure, il est EF-FI-CA-CE! Testé et approuvé par moi et surtout par mon entourage, dans les pires conditions qui soient...

Bon déjà, le bicarbonate, je connais! Le pouvoir désodorisant du bicarbonate n'est plus à démontrer. Le fond de ma poubelle me le réclame de temps à autre...!Cette poudre détartre ma théière magnifiquement bien. Elle attendrit mes légumineuses à la cuisson. Mais de là à imaginer son pouvoir déodorant, alors là, cela m'a bluffée!
Le support: de la graisse de coco bio désodorisée

L'actif number one: le bicarbonate

L'adjuvant: la poudre d'arrow root

Le parfum: le palmarosa

Pour le faire, c'est très simple. Il vous faut:

  • 1 grand bol et 1 fourchette pour malaxer le mélange
  • de la graisse de noix de coco: personnellement, j'utilise de la graisse désodorisée, bio quand même. Car je n'ai pas envie d'être parfumée comme une Vahiné tous les jours..!
    Il faut la travailler à température ambiante, mais en dessous de 25 degrés, sinon, elle se liquéfie. 
  • du bicarbonate de soude très fin
  • de la poudre d'arrow root, un tubercule qui donne une fécule. A défaut d'en trouver, on pourrait utiliser de la maïzena, mais je préfère l'arrow root
  • quelques gouttes d'huile essentielle de palmarosa
  • et quelques gouttes d'huile essentielle de ce que l'on aime: citron, pamplemousse pour les agrumes (mais attention à la photo sensibilisation en été) ou bien géranium, lavande du côté des fleurs
Au niveau des proportions, je travaille en volumes: une petite tasse à expresso comme mesure ou une cuillère à soupe, cela va très bien. Je mets le même volume des trois ingrédients principaux et je malaxe à la fourchette, jusqu'à ce que les poudres soient bien intégrées dans la graisse de coco.
Ajouter les huiles essentielles, malaxer à nouveau, remplir des petits pots et conserver au frigo.

Questions pratiques

Pourquoi la graisse de coco?
Cette graisse ou huile a un pouvoir apaisant et antibactérien très intéressant. Elle sert de support au bicarbonate de soude, qui est le principal anti-odeurs de cette pâte déodorante. Elle permet de "conserver" le bicarbonate sur la peau toute la journée... et c'est donc efficace toute la journée! La graisse de coco soigne aussi la peau (et les cheveux). Son action tempère un peu le côté irritant du bicarbonate seul.

Pourquoi l'arrow root?
La fécule permet d'obtenir un toucher "sec", non gras, qui ne luit pas. La pommade est faite de graisse de coco, c'est donc luisant si on n'ajoute pas de la fécule. Je préfère l'arrow root au maïs.

Pourquoi le palmarosa?
Cette huile essentielle est souvent conseillée aux peaux grasses à problèmes, car elle permet de réduire la production des glandes sébacées. Elle est microbicide, fongicide et astringente. Elle est donc toute indiquée pour combattre la transpiration et surtout, la dégradation des bactéries naturellement présentes sur la peau, en particulier sous les aisselles où c'est humide et chaud! Le palmarosa est de la famille des citronnelles, elle est énergisante, ce qui est parfait le matin!

Pourquoi mélanger à froid sans chauffer?
Pour que les poudres soient bien réparties dans le support et surtout, y restent! Le hic, c'est quand il fait chaud et que la graisse fond (dès 25 degrés), en été donc. Car le bicarbonate et la fécule "coulent" au fond. Il faut donc plonger les doigts jusque tout au fond du pot pour récolter les principes actifs! Voilà pourquoi il vaut mieux conserver son petit pot au frigo, quitte à déambuler en petite tenue chaque matin pour aller mettre du déo à la cuisine! Evidemment, à la sortie du frigo, la pâte est plutôt dure: je me sers d'une cuillère pour prélever une demi noisette de pâte. Frottée sur la peau, cela fond tout de suite.

Quelle sensation à l'utilisation?
On doit bien sentir qu'en étalant le mélange, ça râpe un peu: c'est le bicarbonate! C'est normal. Grâce à l'arrow root, aucune auréole ne s'imprime sur le tee-shirt.

C'est efficace longtemps?
Oui, toute la journée, du matin à 6 heures au soir à 21 heures ou plus. J'ai passé de nombreuses journées et soirées à renifler mes dessous de bras discretos, pour être vraiment vraiment sûre que mon déo ne m'avait pas lâchée (ce qui arrive d'ailleurs au meilleur des déos industriels!). Et bien non, rien!
Ok, j'admets qu'après une journée où j'ai beaucoup transpiré, vers 19h, c'est plus aussi inodore qu'à 6 heures. Mais franchement, personne ne m'a fait observer que je sentais mauvais et chez moi, ils ne sont pas particulièrement timides à dire les vérités qui pourraient déranger...!
J'ai fait mes essais chez moi d'abord, puis au travail, avec un déo classique planqué au fond de mon sac "au cas où"... je n'ai jamais dû l'utiliser en urgence!
Ah, un conseil quand même: avec des aisselles épilées, tous les déos tiennent mieux, celui-là y compris! A bon entendeur...

Et avec le sport?
J'ai pratiqué du ski de randonnée (avec plein de montée), du vélo au soleil, de la marche nordique: ça tient toute la séance de sport, même pendant plusieurs heures! Juré-promis-craché! De toute façon, après le sport, on se re-douche et re-déo!

Et avec du linge noir?
Seul bémol: en enfilant son tee-shirt ou sa robe serrée noire, il faut faire attention à ne pas frotter le tissu sur l'aisselle. De la même manière qu'avec un déo en stick. Mais par contre, si cela arrive, je tapote le tissu, le bicarbonate tombe et tout revient dans l'ordre.

C'est cher?
Ben non! Je fabrique 3 petits pots d'un coup et je n'ai jamais fait le calcul tellement c'est ridicule. On serait au niveau des centimes par mois. Le seul ingrédient qui coûte un peu, c'est la graisse de coco bio désodorisée et les huiles essentielles. Mais on n'en met que quelques gouttes... A ce niveau-là, rien à voir avec ce que coûte un déodorant classique. Et en plus, il y a 0 déchets car je réutilise mes petits pots! Elle est pas belle, la vie?

En voyage, c'est comment?
S'il ne fait pas trop chaud, c'est parfait. Mais l'ennui, c'est si la température grimpe au dessus de 25 degrés. Dans les chambres d'hôtel, il y a toujours un mini-bar pour planquer son déo! Mais avant de l'y mettre, il vaut mieux mélanger de nouveau la pâte liquéfiée pour à nouveau répartir les poudres. Et penser à mélanger 1-2 fois pendant la première heure. J'emballe toujours mon petit pot dans un sachet zip-loc, pour être sûre que si cela venait à fondre, cela ne coulera pas plus loin que dans mon sachet. Aucune catastrophe à déplorer jusqu'ici...

En cas d'urgence, on fait comment?
L'autre jour, je suis allée me baigner au lac, après une longue journée chaude passée au travail. Mince, après le rafraîchissement et la douche énergique (pour éliminer tout poux de canard impudent), j'avais une soirée prévue avec mes copines. Et pas de déo sous la main. J'ai filé dare-dare au supermarché du coin pour acheter un sachet de bicarbonate au rayon alimentaire. Je m'en suis passée sous les aisselles, tel quel, à sec, et cela a tenu encore jusque tard dans la nuit! Depuis, j'ai toujours mon petit sachet avec moi "au cas où"...! Certains s'en contentent, mais je préfère ma petite pâte qui sent bon!

Encore des questions? N'hésitez pas à laisser un commentaire...!
Bonne canicule à tous! Et pensez à boire... du kombucha maison, qui désaltère vraiment! Si on le fait au thé de fruits ou de la cannelle, c'est délicieux!

Et si vous avez des actions chez Axe ou Rexona, mon conseil: vendez!



3 commentaires:

  1. ton déo me plait bien... il me manque le bicarbonate ! donc dès que je l'aurai essayé je te donnerai mon avis. Ciao et au plaisir de te lire !!
    Patricia

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cette recette qui a l'air fort sympa. En revanche, je ne dispose pas de l'huile essentiel de Palmarosa : est elle obligatoire ? Merci pour ta réponse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour, l'huile essentielle de palmarosa n'est pas indispensable, mais elle contribue au pouvoir désodorisant de cette pâte en diminuant la production des glandes sudoripares des aisselles. Cette huile est aussi conseillée aux peaux grasses et à boutons d'ailleurs, pour calmer le jeu. Tu peux mettre d'autres huiles essentielles bien sûr, ou rien du tout, cela fonctionne aussi.

      Supprimer

Votre avis...