Zéro Déchet

Zéro Déchet
Ambassadrice

mardi 18 décembre 2012

Traditionnelle et politique: la Tarte aux pommes sans gluten aux noisettes

Jolie tarte aux pommes aux noisettes sans gluten
J'aime bien miser sur le traditionnel de temps en temps: LA tarte aux pommes, mais revisitée côté noisettes.
Rien de sorcier, mais une découverte: la fameuse pâte brisée qui ne colle pas aux doigts (aux petits suisses) devient simplement époustouflante si on ajoute 1 cs de fécule de pomme de terre dans le mélange de farines, entre autres bonnes choses.

Cette petite recette me permet aussi de démontrer comment une simple tarte aux pommes peut cacher des enjeux politiques majeurs!

Pâte à tarte sans gluten hyper facile "sans se mouiller les doigts"
(www.valesavabien.blogspot.com, tous droits réservés)

Pour cette tarte-là, j'ai fait le mélange suivant:
  • 3 petits suisses (3x60 g = 180 g)
  • 90 g de beurre de fromagerie tempéré (voir commentaire plus loin)
  • 180 de mélange de farines composé de:
    • 2 cs de noisettes en poudre
    • 1 cs de fécule de pomme de terre
    • 1 cs de pralin (noisettes rôties au sucre, en tout petits morceaux)
    • le reste composé à part égale de farine de riz complet et d'un mélange sans gluten classique
  • 1 cc de sucre de coco, 1 pincée de sel
Faire amalgamer dans le mixer sur pied avec le crochet à pâte, mettre au frais 30 minutes et c'est parti pour arranger joliment les tranches de pommes en rosace.
Au final, la pâte est croustillante sur les bords, mais moelleuse comme du pain sous les pommes... un délice!

Les pommes seront des boskoop ou des grises du Canada (la variété, pas importées, donc), fondantes et acidulées.
J'ai arrosé le tout avec du Birnel (jus de poires concentré) et saupoudré du pralin à nouveau avant de passer au four (190 degrés C, bas du four, double chauffe par dessous).

J'achète le beurre de fromagerie par motte d'un kilo, que je fractionne et conserve au congélateur.
J'évite donc le beurre industriel vendu à bas prix en grande surface pour plusieurs bonnes raisons (allez, un petit coup de militantisme ne fait pas de mal, c'est la raison de l'adjectif "politique" en titre):

  1. le beurre de fromagerie provient de la laiterie Le Maréchal, de la région, dont le lait provient de vaches ayant mangé du lin. Donc on peut affirmer que des oméga 3 ont passé dans leur lait et c'est tout bon pour nous.
  2. pour économiser quelques sous et maximiser les profits, les grands distributeurs de notre pays envoient le beurre suisse se faire emballer en Allemagne et autres pays voisins. Les économies réalisées par effet de change sont des coûts que nous payons tous sur la facture "environnement". Je préfère donc acheter local, vu que c'est possible.
  3. le prix du lait: à la fromagerie Le Maréchal, les producteurs de lait régionaux reçoivent un prix assez correct pour le lait livré: 90 cts le litre (été 2012), contre une moyenne de 68 cts/kg pour le lait de fromagerie (selon swissmilk) et 80 cts pour le kg de lait bio. (Hum, le kilo de lait donne 1,03 litre de lait, donc les prix au litre sont même légèrement en dessous encore). Le cahier des charges est sévère, mais c'est donnant-donnant, ou bien gagnant-gagnant.
Cette petite démonstration ne vous aura pas causé, j'espère, des maux de ventre. Ce serait dommage de ne pas déguster un morceau de tarte! Mais, chers lectrices et lecteurs, il en va de même pour tout ce que nous achetons, car avec notre porte-monnaie, nous avons une sacrée arme de construction économique massive! Autant l'utiliser intelligemment...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre avis...